Domaine d'action à visée esthétique et expressive

Ce domaine d'action invite l'enfant à communiquer des émotions, des sentiments par son corps. Il cherche à séduire, à émouvoir, à plaire à autrui.

I- ANALYSE DE LA COMPÉTENCE C

L'activité support est la danse contemporaine. Dans ce domaine, les enfants développent la compétence C (participer, avec les autres, à des activités corporelles d'expression avec ou sans support musical) ainsi que les compétences A et B. Les enfants doivent prendre confiance en eux pour oser réaliser des mouvements originaux, et leur danse, devant les autres.

Compétence C                                               danser

Apprentissage pratiques

Contenus cognitifs

Attitude, motivation

Utiliser les possibilités corporelles pour s’exprimer

Agir et réagir au monde sonore

Exprimer corporellement une idée, une action, un personnage

Acquérir une motricité expressive (attitudes, gestes) jouant sur le corps, l’espace, le temps, l’énergie, les modes de relation à l’autre

Créer et produire une danse à plusieurs

Organiser un spectacle de danse.

Être créatif :inventer des personnages, des histoires

Connaître les contraintes

Reconnaître et citer les différents mouvements utilisés

Coder et décoder les gestes, les attitudes d’une danse

Réagir à différentes composantes de la musique

Mémoriser

Savoir critiquer

Savoir défendre ses idées et les expliciter

Voir des spectacles

Élaborer une danse

S’engager dans l’activité

Respecter les contraintes

Savoir écouter le monde sonore

Avoir confiance en soi

Oser s’exprimer corporellement devant les autres

Accepter le regard d’autrui

Accepter d’abandonner ses idées ses réalisations

Accepter la critique

Savoir observer, regarder, apprécier

Oser danser devant autrui

Maîtriser ses émotions

Devenir sensible à…

Savoir être danseur, spectateur

Participer à une danse

II-  ANALYSE DE L'ACTIVITÉ SUPPORT: LA DANSE CONTEMPORAINE

L'enfant de 2 à 5 ans vit dans le monde en mêlant le réel et le fictif, il aime «jouer à être », à « faire comme si». Georges jean souligne l'importance de l'imaginaire pour le développement et la construction de l'enfant. II écrit, en se référant au psychologue Philippe Malrieu, que « ce qui intéresse la psychologie a u sens large est la construction de l'imaginaire. Il s'agit en effet de voir comment l'imaginaire constitue un des éléments, le plus essentiel sans doute, de structuration progressive de l'individu dans toutes les dimensions de sa personne».

Initier l'enfant de l'école maternelle à la danse contemporaine, c'est lui donner la possibilité de jouer avec son imaginaire, de l'enrichir, «de développer sa sensibilité et sa créativité, et ainsi de lui permettre de s'exprimer plus intensément par le mouvement


Danser

C’est agir pour

Explorer, enrichir les possibilités corporelles

Inventer, réaliser des mouvements

Rendre les gestes expressifs

Traduire par le mouvement des émotions, des sentiments

Identifier, faire semblant, imiter

Écouter

Mémoriser

S’informer, regarder

Choisir, construire

Interpréter le réel

Communiquer

C’est s’informer sur :

Les propriétés des déclencheurs

Le corps, ses possibilités

L’espace proche, lointain ou scénique

Le temps, le rythme, le tempo

L’intensité, l’énergie, le poids, le contact

Les relations à autrui, les modes

Afin de créer une danse pour communiquer, pour produire des émotions sur les spectateurs en sollicitant leur imaginaire, en adaptant le geste à l’intention, en jouant sur les composantes du mouvement

En éprouvant et en donnant du plaisir

La danse est conçue comme un espace ouvert où aucun modèle n'est imposé, et où l'enfant est invité à créer des formes corporelles modifiables, transformables en jouant sur les composantes du mouvement: corps, espace, temps, énergie, mode de relation à l'autre.

En même temps, il s’exprime avec tout son affect et donne une coloration à ses mouvements. Ceci signifie que tout geste a une vie, qu'il s'inscrit dans u n rythme, qu'il est chargé émotionnellement.

La danse, lieu d'extériorisation de l'imaginaire, lieu de création, est langage poétique du corps et activité de communication.

• L'activité corporelle permet le développement de la mobilité, la construction de l'espace et du temps, la recherche de l'expression parle mouvement.

• Les tâches motrices proposées offrent des occasions à l'enfant:

‑ d'inventer, de réaliser des gestes originaux, expressifs;

‑ de traduire des émotions, des sentiments; ‑ de jouer avec le monde sonore;

‑ d'écouter, de mémoriser;

‑ de s'informer ;

‑ de choisir, de construire ; ‑ d'interpréter le réel;

‑ de communiquer avec son corps; ‑ de composer une danse;

‑ de produire la danse devant les spectateurs; ‑ de tenir différents rôles (danseur, spectateur).

Activités corporelles et tâches à réaliser prennent en compte:

‑ les propriétés des déclencheurs (objets, mots, textes, 01-s, musique, etc.) ;

‑le corps dans la mobilité des différents segments; ‑ l'espace, proche, lointain ou scénique;

‑l'environnement sonore(musique, voix parlée, voix chantée, bruitages, etcJ ;

‑le temps, la durée;

‑ l'énergie, l'intensité ;

‑ autrui (danseurs, spectateurs).

La danse contemporaine s’adresse à l'enfant dans son être le plus profond car il est amené à se découvrir et en même temps à affirmer sa personnalité. Par conséquent, il faudra établir un climat de confiance, de tolérance, conditions incontournables pour que l’enfant laisse exprimer toute sa créativité. Afin qu'il vive pleinement cette activité, il est souhaitable qu'il assiste à des spectacles et qu'il rencontre des danseurs. La danse peut être travaillée essentiellement en activité motrice mais il ne faut pas oublier qu'elle est à la fois pratique culturelle et activité physique. II est donc préférable de l'inclure dans des projets pluridisciplinaires afin d'établir des passerelles entre les disciplines et de sensibiliser l'enfant à différentes pratiques artistiques (poésie, arts plastiques, danse)

III-  LES CONDITIONS MATÉRIELLES ET L'ORGANISATION PÉDAGOGIQUE

A  Le cadre matériel

1  L'AIRE d'ÉVOLUTION

La séquence de danse est un moment privilégié où l'enfant exploite le champ corporel, joue avec son imaginaire, exprime sa sensibilité, vit le mouvement, se dévoile. Cette pratique ne peut se concevoir que dans un lieu accueillant, lui donnant confiance, l'invitant à être lui, à s'accepter, à abandonner ses défenses, favorisant«l'état de danse».

2  La tenue vestimentaire

Le port de vêtements amples facilitent la mobilité corporelle. De même, il est préférable que les enfants soient chaussés de patins de salle ou soient pieds nus.

Les déclencheurs, appelés aussi les inducteurs, facilitent le processus de créativité et permettent à l'enfant d'explorer, d'exploiter son imaginaire, d'adhérer à l'activité et d'entrer dans le mouvement.

Les déclencheurs peuvent être très divers:

‑ des objets usuels tels sacs plastiques, chapeaux, parapluies, etc. ;

‑ des objets sportifs (rubans, foulards, etc.) ; ‑ des objets de théâtre (masques, rideaux, etc); ‑ des mots, des histoires, des poèmes, etc ;

‑ des photos, des tableaux, des affiches, etc.; ‑ des musiques, des voix, etc. ;

‑ des thèmes (l'eau, le feu les émotions, la fête, Os végétaux, etcJ ;

‑ des personnages.

B  Les règles de sécurité

Cette activité présente peu de risques physiques. Par contre, le risque psychologique existe: l'enfant affronte le regard d'autrui quand il improvise, présente ses réalisations. Si nous voulons que l'enfant s'engage dans cette activité, qu'il vive avec plaisir son rôle de danseur, il faut que son 01- soit valorisée, que son message ait un retentissement auprès des spectateurs. Il doit donc connaître aussi ce rôle de spectateur, et cela dès les premières séquences.

C  L'organisation pédagogique

Cette activité se mène avec toute la classe en variant les moments de recherche, d'improvisation, d'écoute, d'observation. L'enfant est amené à créer une danse, en passant du geste spontané à une construction, pour cela, il inscrit le mouvement dans le temps, dans l’espace et en relation avec les autres. « L'art naît des contraintes et meurt de liberté.»

1  La démarche

• Première phase :les inducteurs proposés sollicitent l'imaginaire de l'enfant et mettent en jeu sa créativité.

Le maître l’aide, l’écoute, le guide, pour que les idées foisonnent, pour aller le plus loin possible dans la diversité. Les 01-s mentales sont traduites parle mouvement. Des consignes conduisent l'enfant à explorer ses possibilités corporelles.

• Deuxième phase :des jeux qui impliquent le temps, l'espace, les relations, l'énergie, enrichissent leurs mouvements.

• Troisième phase : la danse se structure, les enfants choisissent des éléments en fonction du projet final. Cette sélection implique automatiquement l'abandon de certaines réalisations, c'est u n moment difficile pour ceux qui perdent leurs productions.

• Quatrième phase :la danse se construit, Os éléments choisis sont reproduits, retravaillés, affinés, combinés entre eux, et organisés. La danse et répétée dans des espaces différents afin d'apprendre aux enfants à s'adapter à n'importe quel lieu, à retrouver leurs repères, leurs sensations premières.

• Cinquième phase :la danse est présentée comme un spectacle fini devant des spectateurs (autres classes, parents, etc.).

Tout au long du module, les enfants sont à chaque séance, si possible, danseur et spectateur. Le spectateur apprend à regarder à interpréter, à critiquer pour améliorer. Le danseur apprend à communiquer son projet par un langage corporel. À chaque fois, il est intéressant de montrer les productions, même les plus minimes.

2  Le spectacle

Les enfants participent à l’élaboration et à l'organisation du spectacle parla fabrication des décors, l'écriture et l’illustration des programmes, des invitations, des affiches.

L'enfant de maternelle est très créatif mais ses productions sont souvent éphémères. L'enseignant devra être observateur et mémoriser certains mouvements originaux, pour les faire retrouver et reproduire en vue de la construction d'une danse.

IV- LES OBJECTIFS EN PETITE SECTION

L'imaginaire étant une dimension indispensable à la créativité, dès la petite section, l'école maternelle se doit de cultiver et d'enrichir ce capital. Par conséquent, l'enseignant offrira à l'enfant un environnement favorisant l'imaginaire corporel. L'entrée dans la danse aura principalement comme point de départ les productions spontanées des enfants, qui auront été sollicitées par des inducteurs.

A partir de ces points d'ancrage, l’enfant puisera dans les possibles de son cols pour«retraduire u n réel, créer un fictif o u produire une impression ». Les jeux privilégieront la découverte et l'exploration des disponibilités corporelles, ils aborderont la relation à autrui. Certes, l'enfant sera mis dans des situations collectives de recherche pour qu'il comprenne qu'il n'est pas seul, qu'il danse avec d'autres mais ceci ne signifie point que la coopération sera effective dans leurs productions.

U n module d'une vingtaine de séances aura pour objectifs

‑la recherche de l'aisance corporelle dans des actions habituelles ;

‑la construction de l'espace et du temps;

‑ l'apprentissage des rôles de danseur et de spectateur;

‑le développement de la sensibilité.

Ceci implique de proposer des situations contribuant à acquérir:

• des apprentissages pratiques:

‑ savoir utiliser les possibilités corporelles pour s'exprimer; agir et réagir en fonction de l'environnement;

• des attitudes et motivations:

‑ oser s'exprimer corporelle ment, prendre confiance;

‑ savoir regarder l'autre ;

‑ accepter le regard d'autrui;

‑ savoir écouter le monde sonore ; ‑ respecter les contraintes ; ‑ danser devant les autres.

L'enseignant, plus que dans tout autre activité, aura une attitude positive, accueillante face aux réalisations de l'enfant. Celui-ci doit oser être lui-même, être authentique .L'expression spontanée de l'enfant évoluera grâce aux contraintes qui le conduiront à explorer systématiquement ses ressources et à se découvrir de nouveaux pouvoirs.

A  Fiche 1:savoir utiliser les capacités corporelles pour s'exprimer.

Au départ, l'enfant danse pour lui-même. C'est en vivant des situations diverses qu'il pourra accroître ses potentialités et, peu à peu percevoir autrui en tant que spectateur. Il commencera alors à agir pour les autres.

1  Objectifs visés

Explorer, enrichir la gestuelle

Oser réaliser des mouvements devant autrui

S'orienter dans l'espace

Être danseur: présenter et produire sa danse

Être spectateur : écouter, regarder

a-  Jeux avec des objets

Les enfants manipulent librement les objets nouveaux afin de découvrir leurs propriétés et de sen servir.

‑ Le ballon de baudruche est lancé, poussé ;il rebondit sur différentes parties du corps (une main, les mains, le pied, le genou, etc.) ; à 2, les enfants essaient de le garder en l'air.

Le foulard se balance au bout d'une main, puis de l'autre sur le tempo de la musique; il danse en suivant la musique (le tenir d'une main, des deux mains) ;les enfants peuvent être assis, à genoux, jouer seuls ou à 2 ; à 2 ils peuvent tenir un foulard, le faire danser sur une musique.

le bâton est tenu de différentes façons au cours des déplacements

les tissus en « tube » servent à se cacher, à se déguiser

les masques servent à mimer, à faire comme le personnage, comme l’animal qu’il représente (loup, lapin…)

b- Jeu avec un robot ou un automate

Au début, observer comment il bouge, la façon dont il se déplace, le fonctionnement de ses membres, etc., et agir comme lui.

c-  Jeux avec un pantin articulé

Manipuler le pantin librement ; faire vivre le pantin; bouger comme le pantin.

d- Jeux d'identification

Faire comme l'animal, le personnage décrit; ajouter une qualité (gentil, triste, joyeux, petit, etc.) ; mimer une action en utilisant différentes parties du corps

e-  Jeux de mains

Bouger les doigts l'un après l'autre ; tapoter, frotter, effleurer avec chaque doigt, avec toute la main; les mains dansent face à face, côte à côte, en suivant une musique ; alterner les actions de toute la main et de chaque doigt.

f-  Jeux d'évolution dans l'espace

Se déplacer dans un petit espace, un grand espace, en suivant les côtés de la salle, un chemin tracé au si, etc.; varier les déplacements en position debout (marcher, courir, sauter…) et au sol (en rampant, à 4 pattes, etc.) ; tracer au sol un chemin, poser 1 ou 2 repères et changer à chaque repère la forme du déplacement ;se déplacer en suivant une ligne droite, sinueuse ou une ligne courbe en étant les uns derrière les autres ; reprendre certains jeux en modifiant l'espace

g-  Jeux de relations avec autrui

Par 2, se suivre, marcher côte à côte, marcher en se donnant la main, etc.;tracer au sol 2 chemins qui se coupent :2 enfants suivent chacun un chemin, au point de rencontre ils se saluent et continuent jusqu'à un repère précisé; jouer à plusieurs à partir de lux chantés et dansés.

Variables pour tous les jeux

‑ajouter un support sonore choisi  en fonction de l'objet, de la situation et du projet ;

‑ improviser à 2, à 3 ;

‑ montrer les improvisations, les réalisations (individuelles o u à plusieurs) aux spectateurs (délimiter la scène des danseurs, l'emplacement des spectateurs).

B  Fiche 2 :agir, réagir au monde sonore.

Très jeune, l'enfant réagit à l'environnement sonore dans lequel il se trouve. D'ailleurs, il n'est pas rare de le voir battre la mesure d'une musique bien scandée. Le développement de la perception temporelle passant parle vécu corporel, cette notion sera travaillée sous forme ludique. En éducation musicale, simultanément, l'enfant« découvre et reconnaît des bruits, des sons, des objets sonores. Il apprend ainsi à écouter son environnement sonore, mais aussi de la musique sous des formes variées »

1  Objectifs visés

Développer l'information temporelle Écouter et discerner des rythmes différents, des accents forts Évoluer sur des musiques variées Enrichir la gestuelle Accorder geste et rythme

a-  Rondes, jeux dansés et chantés

L'enseignant doit posséder un répertoire assez riche afin de proposer des formes de jeux diverses permettant à l'enfant:

‑ d'acquérir une plus grande disponibilité corporelle ;

‑ d'accorder le geste au rythme ;

‑ de faire connaissance avec un patrimoine

‑ de participer avec les autres à des évolutions (rondes à 3 o u 4 lignes à plusieurs, etc.).

b- Évolutions sur des musiques variées

Utiliser des musiques ayant des rythmes simples, u n tempo (vitesse du mouvement) rapide o u lent et des intensités forte o u piano. Faire comprendre les notions de phrases, de tempo, et d'accents par des jeux tels que: se déplacer sur une phrase, s'arrêter sur l'autre ; frapper des mains sur une phrase, taper des pieds sur l'autre ;se déplacer en position verticale sur une phrase, se déplacer au sol sur une autre; traduire les différents rythmes corporellement.

c-  Support sonore ou non

Les situations de la fiche précédente seront reprises en alternant support sonore (vocal, musical) o u non.

V-  LES OBJECTIFS EN MOYENNE ET GRANDE SECTIONS

Les objectifs de la petite section (enrichissement de l'imaginaire, construction du vocabulaire gestuel et des relations au monde sonore) seront poursuivis et approfondis.

En jouant sur les fondamentaux de la danse (corps, espace, temps, énergie, mode de relation à l'autre), les mouvements s'affineront, s'épureront et l'enfant se distanciera du réel pour construire le symbolique. Il diversifiera ses gestes en recherchant de nouvelles sensations, il les nuancera, il les adaptera à ses intentions, ses émotions, ses sentiments. La dimension de la relation à l’autre sera réellement prise en compte dans les différentes situations. En même temps, l'enfant entrera dans le processus de création, coopérera avec autrui pour composer u n spectacle.

Ceci implique:

‑ le développement de la mobilité corporelle, du pouvoir expressif et de la sensibilité;

‑la construction de l'espace et du temps;

‑ l'intégration, la coopération, la participation au sein d'un groupe ;

‑ le contrôle des émotions ;

‑ l'apprentissage des deux rôles: de danseur, et du spectateur.

Les situations proposées contribueront à acquérir:

• des apprentissages:

‑ exprimer corporellement une idée, une action, u n thème, etc. ;

‑ acquérir une motricité expressive (attitudes, gestes) en jouant :sur le corps, l'espace, le temps, l'énergie, sur les modes de relation à l'autre ;

‑ créer et produire une danse à plusieurs ;

‑ participer à l'organisation d'un spectacle ;

• des attitudes et motivations :

‑ savoir écouter, regarder, observer, critiquer, communiquer;

‑ accepter la critique ;

‑ accepter d'abandonner certaines idées ; ‑ oser danser devant les autres;

‑ avoir confiance en soi;

‑ maîtriser ses émotions ;

‑ savoir être danseur (s'exprimer parle mouvement oser faire devant les autres, communiquer une émotion);

‑ savoir être spectateur (regarder, apprécier, critiquer).

Cette activité requiert de la part de l'enseignant une attitude bienveillante, facilitant l'évolution du comportement de l'enfant et lui donnant confiance. Ses improvisations seront d'autant plus originales, plus expressives, que les situations feront sens pour lui et que le maître sera complice dans sa fiction.

Le fait d'assister à des spectacles de professionnels o u à des projections (films, vidéocassettes, cédéroms),apportera à l'enfant des ingrédients pour créer sa danse.

A  Fiche 1:exprimer corporellement une idée, une action, un personnage.

L'imaginaire est un espace à l'intérieur de nous, contenant les traces de nos souvenirs, de nos émotions... Aller dans l'imaginaire c'est ouvrir les portes d'un jardin secret, c'est laisser vibrer nos affects, c'est donner la parole à notre corps.

1  Objectifs visés

Ouvrir l'imaginaire Être créatif Oser faire des mouvements inhabituels signifiants Rendre le geste lisible

a-  Le ruban

Manipuler librement le ruban resté au sol, en l'air avec o u sans musique ; réaliser le plus de figures possibles (boucles, balances, spirales, eu.) avec ou sans musique; combiner et enchaîner 2 à 3 figures en suivant une musique; traduire les phases d'une musique en utilisant 2 figures différentes.

b- La cordelette

Manipuler librement la cordelette ; tracer une figure au sol avec la cordelette et se déplacer par rapport à elle ;jouer à 2 et réaliser des actions en ayant une corde pour 2.

c-  Autres objets

utiliser librement un objet (chapeau, parapluie, caisse en carton, chaise, tissu, masque, etc.) o u évoluer par rapport à lui (celui‑ci étant posé sur le sol) avec ou sans support musical, individuellement ou à plusieurs (2 ou 3), chacun o u le groupe restreint ayant u n objet.

d- Les statues

Se déplacer en suivant une musique. Au signal de l'enseignant, prendre une position figée, trouver une position différente de celle du voisin, trouver une position en occupant le plus d'espace ou le moins d'espace; jouer par 2, trouver des positions en se tenant.

e-  Les actions

Sans musique, puis avec musique sans accessoire, mimer des verbes d'actions (chuter, sauter, lancer, transporter, porter, tirer, pousser, se cacher, boxer, etc.). à 2, simuler l'action de lutter (un enfant tire l'autre qui résiste), de boxer (en ne donnant aucun coup), de se rencontrer, de transporter u n gros carton lourd o u léger, de se lancer un ballon un foulard un ruban

f-  Les animaux

Avec ou sans apport musical, avec ou sans accessoires (tissus, masques, etc) mimer u n animal (un chat, u n lion, u n serpent, etc.), et lui ajouter une qualité (doux, agressif, rapide) ; présenter u n numéro de cirque à plusieurs (4 ou 5).

g-  Les personnages

Avec ou sans rapport musical réaliser les gestes qui révéleront des personnages (l'enseignant, la fée, la sorcière, le peintre, le musicien) ; ajouter une qualité à chaque personnage (joyeux, triste, petit, pressé, curieux o u en colère) ; construire et présenter une histoire à 2 o u 3.

h- Les associés

Les enfants sont répartis en duos, chacun a une fiche accrochée dans le dos indiquant un personnage, une action, un mot. Chaque enfant du duo, joue à tour de rôle, ce qui est indiqué sur la fiche de son camarade qui doit deviner ce qui est inscrit sur sa propre fiche.

i- Être un objet

Être u n ballon qui se gonfle, devient boule, se durci rebondit ; être une plume, s’envoler, se poser ;les spectateurs essayant de devenir l'objet représenté.

B  Fiche 2:acquérir une motricité expressive.

Tout inducteur conduit l'enfant vers un imaginaire pouvant se traduire par des gestes. Ses réponses spontanées seront transformées en réponses intentionnelles par le jeu des facteurs essentiels du mouvement.

1  Objectifs visés

Rendre expressif les gestes, les attitudes Donner de la qualité aux mouvements Traduire et communiquer corporellement des sentiments, des émotions

a-  L'espace

En jouant sur cette donnée, l'enfant dessine l'espace, crée du volume. Tout mouvement implique une mobilisation de certaines parties du corps, à des niveaux divers, dans des directions différentes et d'amplitudes variées. Il faut distinguer l'espace proche (bulle qui entoure le corps du danseur) de l'espace lointain ou scénique (lieu d'évolution du danseur).

 

Variables du jeu:

‑ modifier les directions (avant, arrière, sur le côté);

‑ modifier les itinéraires (droit, sinueux, brisé, en cercle, en spirale, en étoile) ;

‑ modifier les niveaux bas (couché, assis, à 4 pattes), moyen (position debout, normale), haut (saut);

‑ modifier l'amplitude (du grand au petit) ;

‑ modifier les formes (anguleuse, ronde, symétrique, etc.) ;

‑ modifier la combinaison de ces paramètres.

Exemples de situations

‑tracer un rond dans l'espace (avant, latéral), avec un doigt, une main, l'autre main, u n coude, l'autre coude, un genou, etc.;

‑ bouger en imaginant être dans une cage, petite, grande (mouvements étriqués, amples); ‑ dessiner une ligne (droite, coule) avec la main, de l'espace haut vers le bas et inversement;

‑‑ des cerceaux sont éparpillés sur le sol de la salle, chaque enfant se déplace jusqu'à un cerceau, s'assoit dans celui‑ci, trace des lignes courbes devant lui, sur le côté, puis se lève au signal de l'enseignant et se dirige vers un autre cerceau et ainsi de suite ;

‑ les enfants interprètent une histoire racontée par l'enseignant (une fillette se promène sur u n chemin glissant, traverse une rivière en posant les pieds sur des pierres, rampe sous des haies, saute u n ruisseau, etc.) ;

‑ aménager l’itinéraire et poser des plots à chaque changement de direction (3 ou 4 au maximum). Chaque enfant essaie de trouver un déplacement différent sur chaque portion de trajet.

b- Le temps, la durée

Tout mouvement a une certaine durée. Cette notion est aussi travaillée en éducation musicale. Afin de pouvoir jouer sur le temps, il lut prendre en compte:

‑ la pulsation :le battement régulier et continu; ‑ l'accent :le temps fort ponctuant la phrase musicale ;

‑le rythme :la combinaison des durées, avec succession et alternance de temps forts et faibles;

‑le tempo: la vitesse d'exécution du mouvement.

L'enfant peut danser:

‑ sans musique: dans ce cas, il crée son propre rythme, en jouant sur la vitesse de ses déplacements, de ses mouvements (accéléré, décéléré, vite, lent, de plus en plus vite, de plus en plus lentement) et en mettant des accents par un saut, une chute, un changement de direction, etc. ;

‑ avec musique : dans ce cas, il peut être en adéquation ou en opposition avec elle.

Exemples de situations

‑ marcher, courir en suivant le tempo de la musique; ‑frapper des mains en suivant la pulsation;

‑ frapper des mains, o u sauter, s'arrêter, changer de direction, bouger u n membre, sur les accents de la musique.

c-  L'énergie

Elle traduit la qualité du mouvement et lui confère un dynamisme. Le danseur joue avec le relâchement et les tensions extrêmes.

Exemples de situations

‑ utiliser des contrastes : bouger, se déplacer comme une poupée de chiffon puis comme un robot et ainsi de suite ; se déplacer en étant pressé, puis non pressé ; caresser u n ballon doucement, puis brutalement.

d- Les relations

Lorsqu'il danse, l'enfant est amené à s'exprimer seul mais aussi avec autrui. Il doit prendre conscience de la présence des autres, de bus actions et être à l'écoute. Les relations s'établissent différemment en fonction

‑ de l'espace :ils sont côte à côte, face à face, l'un contre l'autre, éloignés, proches, etc. ;ils se croisent, restent ensemble, se rencontrent ;ils forment un groupe, plusieurs groupes;

‑ du temps: ils sont à l'unisson, en alternance ou en canon;

‑ des rôles à jouer: ils sont identiques, opposés, complémentaires.

Exemples de situations

‑ créer une sculpture à plusieurs : statue avec points de contact, volumes ; ‑ imiter des mouvements par questions réponses; ‑ faire le contraire de l'autre (jeu à 2) ; ‑ prendre une position, une forme, l'autre la complétant (jeu à 2).

e-  Le contact

Il se fait par le regard qui permet au danseur de percevoir les actions et d'être en relation avec es autres ou avec le corps du partenaire.

Exemples de situations

‑ suivre avec les yeux le bras qui bouge, e ballon de baudruche qui rebondit, etc.;

‑ se déplacer sans quitter des yeux un objet posé au sol:

‑ se déplacer sans se quitter des yeux (jeu à 2);

f-  Le corps

II est le matériau premier du danseur. Progressivement, nous conduisons l’enfant vers une connaissance de son corps, et vers une prise de conscience de la verticalité.

Exemples de situations

‑les enfants touchent avec leurs mains, les différentes parties du corps, nommées par l'enseignant. Utiliser une musique avec des phrases simples :sur une phrase frapper avec les mains sur les genoux, sur l'autre avec les mains sur les épaules;

‑ u n marionnettiste anime la marionnette qui est allongée sur le dos, les jambes légèrement écartées, les bras en creux. Il actionne la partie du corps précisée pu l'enseignant(la main, le bras, la jambe, etc.) en tirant soit avec sa main, soit sur des fils attachés à différents endroits de la marionnette ;

‑ chaque enfant est allongé sur le côté et se met lentement en boule, puis il reprend lentement la position première (on peut faire le même exercice à partir de la verticale) ;

‑ chacun s'anime, se déplace comme un automate, une poupée de chiffon;

‑ les enfants sont allongés sur le dos, les mains sur la poitrine pour sentir leurs mains monter et descendre au rythme de leur respiration.

C  Fiche 3 :créer et produire en danse.

Pour créer une danse, les enfants font connaissance avec la démarche dite de création. L'objet chorégraphique(la danse) correspond à l'aboutissement d'un projet dont les différentes phases ont été explicitées dans l'organisation pédagogique.

Dès le départ, il est important d'expliquer le projet aux enfants. C'est une façon d'éveiller leur intérêt, de les motiver et de les rendre acteurs de celui‑ci. Afin que les réponses des enfants soient multiples, qu'ils se lancent sans retenue dans l'improvisation (support de toute création), il faut les solliciter par des inducteurs variés et faisant sens pour eux.

La construction est une phase difficile à gérer. C'est une étape d'élaboration o ù les mouvements se retravailleront, se préciseront, s'épureront, leur permettant de retrouver les sensations premières. La danse gagnera ainsi son identité.

D  Fiche 4:organiser un spectacle de danse.

Tout spectacle a pour finalité d'être présenté devant des spectateurs. L'enfant doit comprendre que l'organisation ne se résume pas seulement à la création de la danse, mais que d'autres paramètres entrent enjeu

‑ la programmation du jour du spectacle ;

‑ la définition des spectateurs (qui seront‑ils?); ‑ l'évaluation du temps nécessaire aux répétitions ;

‑ la disponibilité et la qualité du lieu dans lequel se déroulera le spectacle ;

‑ la participation à la fabrication des décors, des programmes, des affiches, des invitations.

VI- EXEMPLES DE SÉQUENCES

A  En petite section

Les expériences d'apprentissage précédents ont permis à l'enfant de commencer à découvrir et à explorer les possibles de sa gestuelle. L'inducteur choisi est le pantin.

Les enfants l'ont manipulé en classe, guidés par l'enseignant, et ont remarqué que la tête et les bras s'articulaient dans toutes les directions. Dans la salle, un pantin est posé sur un banc. Le projet leur est précisé: ils vont «faire comme» s'ils étaient chacun un pantin.

1  Objectifs visés

principaux : s'animer sur place, oser agir devant les autres, interpréter

Secondaires: se repérer dans l'espace, apprendre à regarder

a-  Première situation

Les enfants sont répartis dans la salle. En position debout, chacun bouge la tête ou les bras, dans toutes les directions.

Variable: effectuer les mouvements sur une musique ou sur un rythme.

Rôle de l'enseignant

L'enseignant fait fonctionner la tête, les bras du pantin, questionne les enfants: «Avez‑vous bougé aussi la tête vers l'avant, vers l'arrière, en, les bras vers le haut, vers le bas, etc.? » Il fait observer aux enfants l'attitude«relâchée» du pantin.

Les enfants agissent à nouveau :ils se déplacent en essayant de prendre l'attitude du pantin et, sur place, animent leurs bras ou leur tête.

b- Deuxième situation

L'enseignant a schématisé une histoire de pantin qui se promène, cueille des fleurs, etc., sur un tableau ou sur des affiches. Il oriente l’observation des enfants sur l'attitude du pantin et les aide à raconter l'histoire.

Les enfants agissent :ils interprètent corporellement cette histoire en même temps que l'enseignant la narre.

Variables:

ajouter une musique ; former deux groupes, l'un qui interprète et l'autre qui regarde.

Remarque:

Cette deuxième situation peut se prolonger sur plusieurs séquences afin d'améliorer la gestuelle. Dans ce cas, des situations seront proposées en amont, sur les déplacements (marcher, courir) et l'occupation de l'espace, sur les actions (cueillir des fleurs, courir après un papillon).

B  En moyenne section

Tout en enrichissant leur répertoire gestuelles enfants commencent à travailler la qualité du mouvement. L'inducteur est un ballon de baudruche.

1  Objectifs visés

Principaux : travailler le regard et mémoriser les mouvements

Secondaire: apprendre à regarder les réalisations d'autrui

a-  Situation

Les enfants jouent librement avec le ballon en explorant toutes les actions ou agissent suivant la consigne, par exemple garder le ballon en l’air le plus longtemps possible. Les enfants peuvent aussi être séparés en duos ou en groupes (spectateurs et acteurs). Ces jeux peuvent s'effectuer en musique.

b- Rôle de l'enseignant

Les enfants, guidés par l'enseignant, décrivent les caractéristiques du ballon et leurs différentes actions :celles‑ci sont schématisées. Les spectateurs décrivent ce qu'ils ont vu :ils nomment les actions et précisent les parties du corps (que l'on peut indiquer sur un schéma) utilisées pour renvoyer le ballon. Les acteurs essaient de définir leurs stratégies pour réussir telle o u telle action.

L’enseignant aide les enfants à construire un projet, à créer un enchaînement en utilisant trois parties du corps. Certaines actions peuvent alors être retravaillées.

Les enchaînements de chacun sont transcrits sur un tableau puis réalisés. Tour à tour acteurs puis spectateurs, les enfants comparent ensuite l'ensemble de leurs réalisations.

C  En grande section

Les enfants pratiquent cette activité depuis la petite section. De plus en plus souvent, ils élaborent de petites compositions.

1  Objectifs visés

Principaux : construire u n trajet; mémoriser les enchaînements

Secondaire: acquérir la qualité

L'enseignant a initié ses élèves à la calligraphie en classe :ils pourront en utiliser les principes. Il a préparé des affiches avec des tracés (préciser le point de départ de chaque tracé). Cellesci sont fixées à différents endroits de la salle.

  

a-  Première situation

Les enfants, tous ensemble ou en duos, reproduisent les tracés dans l’espace avant avec chaque main, puis avec les 2 mains.

b- Deuxième situation

Chaque enfant choisit 2 tracés et les enchaîne. O n peut aussi constituer 2 groupes: l'un interprète, l'autre regarde puis o n change les rôles.

Variables:

ajouter une musique ; amplifier le mouvement ;rétrécir le mouvement ;alterner mouvement ample, mouvement rétréci.

Rôle de l'enseignant

L'enseignant a schématisé un trajet avec 3 directions.

Les enfants décrivent le schéma puis recherchent des façons de se déplacer d'un plot à un autre (en marchant, à 4 pattes, en sautillant…).

Ayant choisi leur façon de se déplacer, ils produisent l'enchaînement (2 fois) de la deuxième situation et montrent à tour de rôle leur composition.

L'enseignant oriente la recherche sur la variété des déplacements. Son objectif étant de les amener à produire leurs enchaînements dans différentes positions.