Top Module Empty
PROGRAMME EPS 2007 PDF Imprimer Envoyer
EPS-GENERALITES - LES TEXTES
Écrit par MG   
Mercredi, 23 Mai 2007 16:24

EPS à L’école - les programmes

extrait du BO hors-série n 5 du 12 avril 2007

Il n'y a pas de nouveaux programmes, mais seulement une intégration du socle commun des connaissances.

En EPS, comme il n'y a rien (ou si si si peu)  dans le socle, il n'y a pas de changements notables.

Tongue out

{mospagebreak title=Cycle1}


1.     CYCLE 1 - AGIR ET S’EXPRIMER AVEC SON CORPS

OBJECTIFS ET PROGRAMME

Jusqu’à l’âge de six ou sept ans, l’activité physique mettant en jeu le corps est un moyen d’action, d’exploration, d’expression et de communication privilégié pour permettre un développement moteur, affectif et intellectuel harmonieux.

1 - Des actions motrices fondamentales aux situations d’activités

C’est à cette période que se construit le répertoire moteur de base. Il est composé d’actions motrices fondamentales (les patrons moteurs de base) :

-les locomotions (ou déplacements) : marcher, courir, sauter, grimper, rouler, glisser...

- les équilibres (attitudes stabilisées) et les manipulations: saisir, agiter, tirer, pousser...

- les projections et réceptions d’objets : lancer, recevoir...

Ces actions sont à la base de tous les gestes. Elles se retrouvent, seules ou en combinaison avec d’autres, sous des formes variées et avec des intentions différentes, dans toutes les activités physiques que l’on peut proposer à l’école maternelle. Par exemple, l’action de cou­rir se retrouve dans les jeux athlétiques (courir en droite ligne le plus vite possible), la danse (courir pour exprimer un état, un sentiment), les jeux collectifs (courir en zigzag pour échapper à un poursuivant), les activités d’orientation (courir vers un point donné)...

La construction de ces actions, véritable “vocabulaire moteur”, se fait par étapes. D’abord acquises dans leur forme simple, elles sont peu à peu enrichies et diversifiées: par exemple, la marche, qui ne pouvait se faire que sur un sol plat et stable, est progressivement possible sur des supports de plus en plus étroits, élevés, en pente, instables....

Dans l’étape suivante, ces actions sont enchaînées avec d’autres, d’abord juxtaposées, puis combinées de manière articulée (comme le sont les mots dans une phrase) dans des actions de plus en plus complexes et variées (par exemple, courir et lancer, courir et sauter...).

C’est en s’exerçant librement, puis de façon plus guidée, que les enfants vont peu à peu construire ces actions, les diversifier, les enrichir, commencer à les coordonner et les enchaîner entre elles. Elles ne sont pas élaborées pour elles-mêmes, mais au travers de la pratique des activités physiques qui leur donnent tout leur sens. Ainsi, les situations proposées par l’enseignant doivent permettre aux enfants de construire progressivement le sens de chaque activité, de découvrir et d’explorer des espaces proches et progressivement plus lointains, de s’y déplacer, avec ou sans engins, de manipuler des objets familiers, de se confronter à des obstacles variés, de s’exprimer avec leur corps, de rencontrer d’autres enfants, de communiquer et de jouer avec eux...

Toutes ces actions, dont les effets sont particulièrement visibles et perceptibles (positions renversées, modes de déplacements divers, sensations physiques de déséquilibre, de vitesse, d’essoufflement...), procurent des émotions variées. Elles permettent de répondre au besoin de bouger des enfants et d’éprouver un véritable “plaisir d’agir”.

Ces différentes expériences corporelles, en aidant l’enfant à mieux connaître son corps, ses possibilités physiques, ses réactions à l’effort, apportent leur contribution à une véritable éducation à la santé.

En outre, c’est en s’engageant dans l’activité que l’enfant apprend peu à peu à prendre des risques mesurés tout en étant attentif à la sécurité, que ce soit la sienne ou celle des autres. Il le fait dans des situations pédagogiques dont le niveau de risque objectif est contrôlé par l’enseignant (nature de l’environnement, matériel et règles de jeu ou d’action adaptés).

Enfin, en participant avec les autres à des activités qui comportent des règles, des rôles différents, des difficultés à résoudre, les enfants apprennent progressivement l’intérêt et les contraintes des situations collectives.

Ainsi, à l’école maternelle, l’éducation physique et sportive poursuit trois objectifs:

- favoriser la construction des actions motrices fondamentales (locomotions, équilibres, manipulations...);

- permettre une première prise de contact avec les diverses activités physiques (pratiques sociales de référence);

- faire acquérir les compétences et connaissances utiles pour mieux connaître son corps, le respecter et le garder en bonne santé. En ce sens, ce domaine d’activités apporte une contribution originale au développement de la personne.

2 - Expériences corporelles et langage

L’action physique procure des sensations, des émotions diverses, intenses. Les exprimer verbalement, c’est pouvoir mettre des mots sur ces émotions ressenties, échanger des impressions, mieux comprendre ce qui a été vécu et ce qu’il faut faire.

Il faut donc offrir aux enfants l’occasion de parler de leur activité : dire ce qu’on a envie de faire, nommer des actions, se situer dans l’espace et le temps, formuler une question, exprimer ses émotions, communiquer avec les autres pour élaborer un jeu, donner son avis. Le dessin peut être un relais important dans la mesure où il permet d’identifier et d’ordonner des gestes, des événements dans le cours continu de l’action.

Il est important de préciser que ces moments de verbalisation, éven­tuellement relayés par un écrit de l’adulte, doivent se dérouler pour leur plus grande part dans la classe, en amont et en aval de la séance d’activités physiques dont l’objectif premier reste l’action motrice.

3 - Articulation avec les autres domaines d’activités

L’activité physique à l’école maternelle, par la diversité des expé­riences qu’elle propose, aide à rendre plus facile la construction de certaines des connaissances visées dans le domaine d’activités “Découvrir le monde”. C’est le cas de celles qui concernent le corps, son fonctionnement, la santé, les différents aspects des principaux éléments (la terre, l’eau, la neige), les qualités des matériaux.

L’activité physique permet aussi de faire l’expérience d’un temps et d’un espace structurés par l’action. L’articulation avec le domaine

“La sensibilité, l’imagination, la création” est tout aussi essentielle. En effet, lorsque l’enfant est amené à exercer son pouvoir d’expression et à solliciter son imagination, ce sont sa perception et l’action de son corps qui en sont les moteurs (mise en jeu des différents sens, action sur des matières, utilisation d’objets ou d’instruments...). Les situations vécues dans les diverses activités physiques peuvent donner lieu à la réalisation individuelle ou collective de projets artis­tiques: dessins, modelages, peintures, fresques.

En travaillant sur des supports sonores ou musicaux divers et variés, ces activités participent également à l’éducation musicale. Les rondes et jeux dansés mettent les enfants au contact d’un patrimoine culturel qui doit être rassemblé de manière à élargir sans cesse son horizon.

La danse, activité physique et artistique, en utilisant le corps comme instrument d’expression et de communication, en mettant en œuvre le “corps poétique”, est, de ce point de vue, exemplaire. Elle permet aux enfants une mise en scène de l’imaginaire ainsi qu’une première rencontre avec des œuvres chorégraphiques différentes par la vidéo, les livres, les spectacles.

4 - L’activité de l’enfant et le rôle de l’enseignant

À l’école maternelle, l’enfant a besoin de temps pour découvrir l’espace et le matériel, pour comprendre les consignes, pour réaliser ses actions, affiner ses gestes, pour trouver de nouvelles réponses, s’exercer, agir avec les autres... Sans une organisation rigoureuse des activités, il risque de passer plus de temps à attendre son tour qu’à réaliser des actions.

Celles-ci doivent d’abord être l’occasion d’explorer les espaces, de manipuler les objets ou le matériel, d’exercer et de jouer successi­vement des rôles différents, d’explorer les façons de mobiliser son corps et ses segments, notamment en construisant progressivement sa latéralité, d’expérimenter différents types d’efforts, en particulier lors d’activités de course, de lutte, de jeux... Cela suppose une mise à disposition de matériel en quantité suffisante (un objet par enfant pour le petit matériel: balles, ballons, rubans, foulards...).

Les situations sont conçues et organisées comme des jeux. Elles permettent l’exploration libre du dispositif proposé. L’enseignant aide ou guide l’enfant lorsque le besoin s’en fait sentir, il lui suggère des solutions nouvelles aux problèmes qu’il a posés, bref il interagit sans cesse avec lui.

Le besoin de mouvement des enfants est réel. Il est donc impératif d’organiser une séance d’activités corporelles chaque jour (de 30 à 45 minutes environ, selon lanature des activités, l’organisation choisie, l’intensité des actions réalisées, le moment dans l’année, les comportements des enfants...). Ces séances doivent être placées dans l’emploi du temps de manière à respecter les rythmes de l’enfant: le milieu de matinée (niveau de vigilance optimum) est plutôt favorable aux activités de prise de risque, à la découverte d’une nouvelle situation; la fin de matinée est propice aux activités plus calmes (rondes et jeux chantés, jeux déjà connus...); le début d’après-midi n’est pas un moment très favorable; la deuxième partie de l’après-midi convient, pour les plus grands, à toutes les activités qui ne comportent pas de prises de risque excessives.

Chaque fois que c’est possible, il est judicieux de pratiquer des activités physiques en extérieur pour éprouver d’autres sensations, prendre d’autres repères.

Seule une programmation ordonnée des activités tout au long de la scolarité à l’école maternelle permet de faire des activités corporel­les une véritable éducation. Elle doit prendre le plus grand soin d’adapter les situations didactiques à l’âge et au développement des enfants, en créant la dynamique qui leur permet d’aller au-delà de ce qu’ils savent faire. Elle doit contrôler que chacune des actions motrices élémentaires sera bien sollicitée. Elle doit varier les activités physiques et les situations dans lesquelles ces actions peuvent être mises en œuvre et faire découvrir, de manière ordonnée, les diffé­rents milieux, les différents matériels, les différents jeux qui permettent à l’enfant de se familiariser avec les multiples facettes de l’univers et des activités humaines qui l’entourent.

5 - L’activité physique des tout-petits

Les premières actions du jeune enfant sont réalisées “pour le plaisir”, et sont liées aux sensations et aux émotions ressenties. Il s’agit donc de le laisser jouer, c’est-à-dire éprouver son pouvoir sur le monde et les objets qui l’entourent.

Progressivement, en fonction de l’effet produit, le tout-petit ajoute une intention qui précise cette action et, finalement, l’organise et la construit de façon plus affinée et mieux adaptée au milieu. Les situations qui sont proposées doivent permettre:

- des actions de déplacement (locomotions), qui répondent bien au besoin qu’a le tout-petit de mieux connaître son corps, d’affirmer son équilibre à peine conquis. Ces actions sont menées dans des environnements familiers, puis de plus en plus étrangers. Les espaces d’évolution variés sont progressivement délimités, notam­ment pour des jeux de poursuite. Pour solliciter des actions spécifi­ques (marcher debout, à quatre pattes, courir, sauter, monter, descendre, rouler, ramper...), l’espace sera structuré à l’aide d’objets (blocs de mousse, bancs, gros tapis, plans inclinés, tunnels, mini-échelles ... ) incitant à l’action ou, au contraire, jouant le rôle d’obstacles. On peut aussi privilégier les actions de déplacement utilisant des engins à pousser, à rouler (chariots, tricycles, trottinettes...);

- des ajustements de plus en plus fins à toutes sortes d’objets et de matériels (cartons, cubes en mousse, balles, ballons...) que l’on peut manipuler, pousser, tirer, transporter, démolir, lancer;

- des jeux de doigts, des déplacements et mouvements “dansés”, des jeux d’expression, des imitations de personnages, d’animaux... qui sont autant de situations très riches pour les tout-petits. On aide l’enfant à structurer ses actions et ses déplacements en les soutenant par de la musique, des chansons, des comptines.

L’enseignant permet d’abord une exploration libre des espaces et du matériel proposés sans chercher au départ une trop grande complexité dans l’aménagement du milieu. En effet, l’espace d’investigation ne doit pas être trop vaste si l’on souhaite que des enfants de cet âge y trouvent aisément des repères. Pendant les activités, l’enseignant doit se situer au plus près du groupe d’enfants, au milieu d’eux si nécessaire, afin de pouvoir jouer pleinement son rôle d’incitateur, d’aide, de régulateur.

Il peut à l’occasion aider les enfants en difficulté passagère (assurer un équilibre vacillant en proposant l’appui de sa main, rassurer les timorés par des encouragements, suggérer un geste à faire...), sans toutefois anticiper sur les initiatives ou substituer des réponses tou­tes faites aux tâtonnements. La verbalisation par l’enseignant de ce qui est fait par les enfants joue un rôle important dans la compré­hension de leurs actions.

Les réponses sont d’abord recherchées de manière individuelle, en laissant du temps pour explorer, ressentir, trouver de nouvelles façons de faire, imiter un autre enfant (l’imitation est à cet âge une façon d’en­trer en communication). Peu à peu des interactions entre enfants se mettent en place, permettant à chacun de trouver sa place à l’intérieur d’un groupe et de commencer à participer à une action commune.

Compétences devant être acquises en fin d’école maternelle

La plupart des compétences relatives aux activités corporelles sont étroitement liées aux situations dans lesquelles elles se construisent, et s’expriment en termes de niveau à atteindre. Ces compétences sont de nature identique dans les trois cycles, mais se situent à des niveaux de maîtrise différents, et dans différentes activités. La liste des compétences spécifiques à atteindre en fin de maternelle est présentée ci-dessous avec, dans certaines activités, des exemples concrets. Les documents d’application donnent une description plus complète de ces compétences, illustrées d’exemples de niveaux à atteindre sur un plus grand nombre d’activités physiques, ainsi que des commentaires. D’autres compétences, plus transversales, sont présentées dans une deuxième partie.

COMPÉTENCES SPÉCIFIQUES LIÉES AUX DIFFÉRENTES ACTIVITÉS

Les différentes activités physiques font vivre aux enfants de l’école maternelle des “expériences corporelles” particulières. Les intentions poursuivies, les sensations et les émotions éprouvées sont différentes selon les types de milieux et d’espaces dans lesquels elles sont rencontrées (incertitude ou non, interaction des autres ou non). Il ne s’agit pas de proposer une copie des pratiques sportives “de club”, connues par les enfants (par la famille, l’environnement social, les médias...), mais de traiter ces activités pour qu’elles soient adaptées aux enfants de cet âge, et d’en construire le sens avec eux: par exemple, faire des activités athlétiques, c’est courir, sauter, lancer, en faisant des efforts pour essayer de battre son propre record...

Par la pratique de ces activités physiques variées, les enfants peuvent construire quatre types de compétences spécifiques, significatives de ces expériences corporelles, élaborant ainsi un répertoire aussi large que possible d’actions élémentaires.

Parce qu’elles sont complémentaires, chacune de ces quatre compétences doit être vécue par l’enfant chaque année, dans des modules de différentes activités, sur plusieurs séances (cinq à six au minimum). Au cours d’une semaine, et pendant au moins un demi-trimestre, deux ou trois compétences spécifiques peuvent être programmées à travers des activités différentes, par exemple:

- lundi: réaliser une action que l’on peut mesurer (activités athlétiques);

- mardi: adapter ses déplacements à différents types d’environnements (activités gymniques);

- jeudi : adapter ses déplacements à différents types d’environnements (activités de pilotage: bicyclettes, trottinettes...); - vendredi: réaliser des actions à visée artistique, esthétique ou expressive (rondes et jeux dansés).

Un exemple plus complet de programmation est présenté dans le document d’application. Les compétences sont illustrées, pour quelques activités, dans des fiches d’accompagnement.

1.1 Réaliser une action que l’on peut mesurer

Être capable de :

- courir, sauter, lancer de différentes façons (par exemple: courir vite, sauter loin avec ou sans élan);

- courir, sauter, lancer dans des espaces et avec des matériels variés (par exemple : lancer loin différents objets); - courir, sauter, lancer pour “battre son record” (en temps, en distance).

Mise en œuvre:

- activités athlétiques.

Exemples de compétences à atteindre en fin de maternelle: activités athlétiques:

- courir vite en ligne droite pendant 4 à 5 secondes;

- lancer loin un objet lesté, sans sortir de la zone d’élan;

- sauter le plus loin ou le plus haut possible, avec ou sans élan.

1.2 Adapter ses déplacements à différents types d’environnement

Être capable de :

- se déplacer dans des formes d’actions inhabituelles remettant en cause l’équilibre (sauter, grimper, rouler, se balancer, se déplacer à qua­tre pattes, se renverser...);

- se déplacer (marcher, courir) dans des environnements proches puis progressivement dans des environnements étrangers et incertains (cour, parc public, petit bois...);

- se déplacer avec ou sur des engins présentant un caractère d’instabilité (tricycles, trottinettes, vélos, rollers...);

- se déplacer dans ou sur des milieux instables (eau, neige, glace, sable...).

Mise en œuvre:

- vers les activités gymniques : salles aménagées avec du gros matériel, des obstacles (on peut s’y déplacer de manières différentes) ;

- activités d’orientation : environnements proches et familiers (école); environnement semi-naturels et proches (parcs) ou plus lointains (bois, forêt...) ;

- activités de roule et de glisse (pilotage) : chariots, tricycles, vélos, rollers, patins à glace, skis...

- activités aquatiques (en piscine) : partout où ce sera possible, les activités de natation seront proposées aux enfants de grande section, sous la forme de modules d’apprentissage d’un minimum de 10 séances ;

- activités d’escalade : modules et murs aménagés;

- activités d’équitation : poneys.

Exemples de compétences à atteindre en fin d’école maternelle:

- vers les activités gymniques: se déplacer d’un point à un autre de différentes façons (rouler, franchir, sauter...) en prenant des risques mesurés, et en essayant d’arriver sur ses pieds ;

- activités d’orientation : dans un parc public, à vue de l’enseignant, par groupes de 2, retrouver les objets que l’on a déposés juste avant, au cours de la promenade de découverte faite avec l’enseignant ;

- activités de pilotage : bicyclette (rouler en ligne droite, accélérer, ralentir, faire un virage, monter et descendre une petite pente, s’arrêter sur une zone de quatre mètres) ;

- activités aquatiques : se déplacer sur quelques mètres, en grand bain, par l’action des bras et des jambes, avec ou sans support (frite ou plan­che).

1.3 Coopérer et s’opposer individuellement ou collectivement

Être capable de :

- s’opposer individuellement à un adversaire dans un jeu de lutte : tirer, pousser, saisir, tomber avec, immobiliser...;

- coopérer avec des partenaires et s’opposer collectivement à un ou plusieurs adversaires dans un jeu collectif : transporter, lancer (des objets, des balles), courir pour attraper, pour se sauver.

Mise en œuvre :

- avec les grands surtout : jeux d’opposition duelle (jeux de lutte);

- avec les petits : jeux collectifs (y compris les jeux de tradition avec ou sans ballons): jeux de poursuite, jeux de transports d’objets, activités de lancers de balles et ballons sur des cibles-buts et à des distances variées;

- avec les moyens et les grands : ces mêmes jeux et activités sont menés dans des espaces délimités, avec des rôles différents à jouer. Exemples de compétences à atteindre en fin d’école maternelle

- jeux de lutte : s’investir dans une activité de corps à corps pour priver l’adversaire de sa liberté d’action ;

jeux collectifs : avec son équipe, transporter en courant des objets d’un point à un autre sans se faire toucher par un enfant défenseur.

1.4 Réaliser des actions à visée artistique, esthétique ou expressive

Être capable de :

- exprimer corporellement des images, des personnages, des sentiments, des états;

- communiquer aux autres des sentiments ou des émotions;

- s’exprimer de façon libre ou en suivant un rythme simple, musical ou non, avec ou sans matériel.

Mise en œuvre :

- à tous les âges : danse, mime, rondes et jeux dansés, manipulation de petit matériel (vers la gymnastique rythmique, avec des rubans, des foulards, des cerceaux);

- avec les grands : activités gymniques (dans leur aspect artistique), activités de cirque.

Exemples de compétences à atteindre en fin de maternelle

- rondes et jeux dansés : danser (se déplacer, faire les gestes) en concordance avec la musique, le chant, et les autres enfants ;

- danse : construire une courte séquence dansée associant deux ou trois mouvements simples, phrase répétée et apprise par mémorisation corporelle des élans, vitesses, directions.

COMPÉTENCES TRANSVERSALES ET CONNAISSANCES

Ces compétences ne sont pas construites pour elles-mêmes. Elles impliquent le désir de connaître, l’envie d’agir dans un espace et un temps structurés. Il s’agit pour l’enseignant d’aider l’élève à acquérir des attitudes, des méthodes, des démarches favorables aux apprentissages, dans la pratique de l’activité mais aussi dans la vie sociale.

C’est par une pédagogie adaptée que les élèves apprennent à mieux apprécier leurs possibilités, à mieux connaître les autres enfants, à accepter puis contrôler leurs émotions, à prendre des repères dans l’environnement pour réussir leurs actions, à comprendre et mettre en œuvre des règles, des codes. Ainsi, les situations mises en place par l’enseignant doivent permettre à chaque enfant de choisir son niveau de difficulté, de tenter de nombreux essais en toute sécurité, de pouvoir recommencer s’il a échoué, de regarder comment les autres agissent, de pouvoir se faire aider par une parade ou un conseil.

C’est donc à travers les différentes activités physiques, lors des séances vécues avec la classe, que les enfants vont pouvoir montrer qu’ils sont capables de s’engager dans l’action (oser s’engager en toute sécurité, contrôler ses émotions), faire un projet d’action (à court terme), identifier et apprécier les effets de l’activité (prendre des indices simples, prendre des repères dans l’espace et le temps, constater ses progrès), se conduire dans le groupe en fonction de règles (participer à des actions collectives, comprendre des règles, écouter et respecter les autres, coopérer).

En construisant les compétences, dans la pratique des différentes activités, les enfants acquièrent des connaissances variées. Ce sont des connaissances sur soi, des savoirs pratiques portant sur la manière de réaliser différentes actions, sur les façons de se conduire dans le groupe classe. Ce sont aussi des connaissances sur les activités elles-mêmes, sur les instruments utilisés, sur les règles qu’elles impliquent.

Les compétences transversales et les connaissances peuvent être abordées dans toutes les activités physiques. Elles sont présentées et détaillées plus précisément dans le document d’application, avec des exemples de mise en œuvre dans certaines activités.

{mospagebreak title=Cycle2}

2.     CYCLE 2 -EPS

OBJECTIFS

Comme en maternelle, au cycle des apprentissages fondamentaux l'enseignement de l'éducation physique et sportive vise :

- le développement des capacités et des ressources nécessaires aux conduites motrices ;

- l'accès au patrimoine culturel que représentent les diverses activités physiques, sportives et artistiques, pratiques sociales de référence ;

- l'acquisition des compétences et connaissances utiles pour mieux connaître son corps, le respecter et le garder en bonne santé .

En ce sens, l'éducation physique et sportive apporte une contribution originale à la transformation de soi et au développement de la personne telle qu'elle s'exprime dans les activités liées au corps.

Le développement physiologique et psychologique connaît une nouvelle étape à partir de six ou sept ans et permet d'ouvrir largement l'éventail des domaines explorés et des expériences. Le "répertoire moteur" de l'enfant est constitué d'actions motrices fondamentales qui se construisent dès la petite enfance : locomotions (ou déplacements), équilibres (attitudes stabilisées), manipulations, projections et réceptions d'objets. Ces actions, à la base de tous les gestes, se retrouvent dans les diverses activités physiques, sportives et artistiques, sous des formes et avec des sens différents. Au début du cycle 2, les bases de ce répertoire sont constituées et permettent à l'élève de s'adapter à des milieux plus difficiles, d'agir et de s'exprimer corporellement de manière plus complexe.

Au cours du cycle, ces actions motrices vont se perfectionner, dans leur forme mais aussi en vitesse d'exécution, en précision, en force. Les enfants deviendront peu à peu capables d'en enchaîner plusieurs. Ces actions ne seront pas construites pour elles-mêmes, mais au travers de la pratique des activités physiques qui leur donneront tout leur sens : lancer une balle sur une cible (ou dans un panier) pour marquer un point (jeux collectifs) n'a pas la même signification que lancer une balle lestée le plus loin possible (activités athlétiques).

L'éducation physique s'articule avec les autres enseignements :

- Par les situations riches en sensations et émotions qu'elle fait vivre, l'éducation physique et sportive est un support privilégié pour permettre aux élèves de parler de leur pratique (nommer, exprimer, communiquer...). En outre, l'intérêt des enfants de cette tranche d'âge pour l'activité physique est une source de motivation supplémentaire pour donner envie de lire et d'écrire des textes divers (fiches, règles de jeu, récits...).

De façon plus spécifique, l'éducation physique participe à l'éducation à la santé et à la sécurité. Elle permet aussi, tout en répondant au besoin de bouger et au plaisir d'agir, de donner aux élèves le sens de l'effort et de la persévérance. Elle offre aussi l'occasion d'acquérir des notions (relation espace-temps, par exemple) et de construire des compétences utiles dans la vie de tous les jours (se repérer dans un lieu, apprécier une situation de risque...).

L'éducation physique et sportive contribue de façon fondamentale à la formation du citoyen, en éduquant à la responsabilité et à l'autonomie. Elle permet de jouer avec la notion de règle, particulièrement importante aux yeux des enfants de ce cycle, de mieux la comprendre, de la faire vivre, et d'accéder ainsi aux valeurs sociales et morales.

- L'éducation physique aide également à concrétiser certaines connaissances et notions plus abstraites : elle en facilite la compréhension et l'acquisition, en relation avec les activités scientifiques, les mathématiques, l'histoire et la géographie...

- La danse, activité physique et artistique, approchée dans toutes ses formes, permet de faire le lien avec les activités artistiques (arts visuels, éducation musicale...).

L'exploitation par l'enseignant de ces divers aspects est développée dans le document d'application.

PROGRAMME

Comme a l'école maternelle, l'éducation physique et sportive au cycle des apprentissages fondamentaux se donne pour objectif de permettre à chaque élève de construire des compétences de deux sortes : spécifiques, mais également transversales.

1 - Activités physiques et compétences spécifiques

Les diverses activités physiques proposées au cycle 2 ne sont pas la simple copie des pratiques sociales. Elles doivent permettre aux élèves de vivre des "expériences corporelles" particulières, dont les intentions poursuivies, les sensations et les émotions éprouvées sont différentes selon les types

de milieux et d'espaces dans lesquels elles sont pratiquées (incertitude ou non, interaction des autres ou non...). En s'engageant dans des activités physiques variées, ayant du sens (affectif, social) pour eux, les élèves peuvent construire quatre types de compétences spécifiques, réalisant des enchaînements simples d'actions élémentaires qui élargissent ainsi leur répertoire moteur.

Quelques exemples de compétences à atteindre en fin de cycle, par activité, sont présentés ici.

1.1 Réaliser une performance mesurée

- mettant en jeu des actions motrices variées, caractérisées par leur force, leur vitesse (par exemple : sauter loin, lancer fort, courir vite) ;

- dans des espaces et avec des matériels variés (par exemple : lancer loin un objet léger) ;

- dans des types d'efforts variés (rapport entre vitesse, distance, durée) ;

- de plus en plus régulièrement.

Mise en oeuvre

- activités athlétiques ; - activités de natation.

Exemples de compétences de fin de cycle activités athlétiques

- courses de vitesse : partir vite à un signal, maintenir sa vitesse pendant 6 à 7 secondes, franchir la ligne d'arrivée sans ralentir ;

- courses d'obstacles : courir et franchir trois obstacles bas successifs en ralentissant le moins possible ;

- sauts : courir sur quelques mètres et sauter le plus loin ou le plus haut possible, avec une impulsion d'un pied dans une zone délimitée.

1.2 Adapter ses déplacements à différents types d'environnements

- dans des formes d'actions inhabituelles mettant en cause l'équilibre (grimper, rouler, glisser...) ;

- dans des milieux ou sur des engins instables variés (terrain plat, vallonné, boisé, eau calme, neige, bicyclette, roller, ski...) ;

- dans des environnements progressivement éloignés et chargés d'incertitude (parc public, bois, forêt, montagne, lac...).

Mise en oeuvre

- activités d'escalade ;

- activités d'orientation ; - activités de natation ;

- activités de roule et de glisse (bicyclette, roller, patin à glace, ski...) ;

- activités d'équitation...

Exemples de compétences de fin de cycle

- activités de natation : se déplacer en surface et en profondeur dans des formes d'actions inhabituelles mettant en cause l'équilibre (sauter dans l'eau, aller chercher un objet au fond -grand bain-, passer dans un cerceau immergé, remonter, se laisser flotter 5 secondes et revenir au bord) ;

- activités de roule (roller) : réaliser le parcours suivant slalomer entre des plots, monter et descendre une courte pente, s'arrêter dans une zone de 2 mètres ;

- activités d'orientation : dans un milieu connu (parc public), par deux, retrouver 5 balises sur les indications données par le groupe qui les a placées.

1.3 S'opposer individuellement ou collectivement

- rencontrer un adversaire dans des jeux d'opposition duelle ;

- coopérer avec des partenaires pour s'opposer collectivement à un ou plusieurs adversaires dans un jeu collectif, comme attaquant et comme défenseur.

Mise en oeuvre

- jeux de lutte ;

- jeux de raquettes

- jeux collectifs (y compris jeux traditionnels avec et sans ballon).

Exemples de compétences de fin de cycle

- jeux de raquettes : se déplacer et frapper vers une cible ; réaliser des trajectoires (de balle, de volant) de longueurs différentes ;

- jeux collectifs : enchaîner des actions simples relatives aux différents rôles, notamment d'attaquant (courir et transporter un objet ou passer une balle, recevoir et passer, recevoir et courir vers le but pour aller marquer, (tirer, passer la balle à un partenaire, poser la balle ou un objet dans l'espace de marque), ou de défenseur (courir et toucher les porteurs de balle ou d'objets, essayer d'intercepter la balle, courir et s'interposer...).

1.4 Concevoir et réaliser des actions à visée artistique, esthétique ou expressive

- exprimer corporellement des personnages, des images, des états, des sentiments ;

- communiquer aux autres des sentiments ou des émotions ;

- réaliser des actions acrobatiques mettant en jeu l'équilibre (recherche d'exploits) ;

- s'exprimer de façon libre ou en suivant différents rythmes, sur des supports sonores divers, avec ou sans engins.

Mise en oeuvre

- danse (dans toutes ses formes) ; - mime ;

- activités gymniques ;

- activités de cirque ;

- gymnastique rythmique...

Exemples de compétences de fin de cycle :

- activités gymniques : sur deux engins de son choix (exemple : barres asymétriques et plinth plus gros tapis sur plan incliné), réaliser un enchaînement de trois actions acrobatiques au minimum ; une des actions est identique dans les deux cas (par exemple : rouler) ; l'enchaînement comporte un début et une fin.

2 - Compétences générales

L'éducation physique et sportive est une des disciplines les plus favorables à la construction de ces compétences qui caractérisent le volet méthodologique des contenus d'apprentissage, et qui peuvent également être acquises au travers d'autres disciplines. Ces compétences ne sont pas construites pour elles-mêmes. Il s'agit pour l'enseignant d'aider l'élève à acquérir des attitudes, des méthodes, des démarches favorables aux apprentissages, dans la pratique de l'activité mais aussi dans la vie sociale.

Grâce à une pédagogie adaptée, les élèves apprennent à mieux se connaître, à mieux connaître les autres, à accepter puis dominer leurs émotions, à prendre des repères dans l'environnement pour réussir leurs actions, à comprendre et mettre en oeuvre des règles, des codes... Ainsi, les situations mises en place par l'enseignant doivent permettre à chaque élève de choisir son niveau de difficulté, de tenter de nombreux essais en toute sécurité, de pouvoir recommencer s'il a échoué, de réfléchir avec les autres sur la meilleure façon d'agir, de pouvoir aider un camarade ou de se faire aider par une parade ou un conseil...

C'est donc à travers les différentes activités physiques, sportives et artistiques, lors des séances d'éducation physique et sportive, que les élèves vont pouvoir montrer qu'ils sont capables de s'engager lucidement dans l'action (oser s'engager en toute sécurité, choisir des stratégies efficaces, contrôler ses émotions...), construire un projet d'action (le formuler, le mettre en oeuvre...), mesurer et apprécier les effets de l'activité (lecture d'indices variés, mise en relation des notions d'espace et de temps, appréciation de ses actions, de ses progrès, de ceux des autres...), appliquer des règles de vie collective (voir "Vivre ensemble").

Les élèves acquièrent des connaissances variées en construisant leurs compétences, dans la pratique des différentes activités. Ce sont des connaissances sur soi, des savoirs pratiques portant sur le "comment réaliser", sur les façons de se conduire dans le groupe classe. Ce sont aussi des connaissances sur les activités elles-mêmes, sur les instruments utilisés, sur les règles qu'elles impliquent...

Chacune des compétences générales peut être détaillée en compétences plus précises qui sont présentées dans le document d'accompagnement, en intégrant les connaissances visées, avec des exemples de mise en oeuvre dans certaines activités.

3 - Programmation des activités

Une véritable éducation physique cohérente, complète et équilibrée nécessite une programmation précise des activités. Celle-ci est placée sous la responsabilité de l'équipe de cycle. Pour éviter l'accumulation de séances disparates, quelques principes doivent être respectés.

Dans chacune des années du cycle, les quatre compétences spécifiques (réaliser une performance mesurée, se déplacer dans différents types d'environnements, s'opposer individuellement ou collectivement, concevoir et réaliser des actions à visée artistique, esthétique ou expressive) sont abordées.

Chaque compétence est traitée au travers d'une ou plusieurs activités. Ainsi, la compétence "Concevoir et réaliser des actions à visée artistique, esthétique ou expressive" peut être travaillée dans des activités de danse ou dans des activités gymniques. Il serait souhaitable, pour que les apprentissages soient réels, que les modules d'apprentissage soient de 10 à 15 séances. Par souci de réalisme, le minimum est fixé à cinq ou six séances de chaque activité pour un module d'apprentissage.

Les trois heures hebdomadaires seront réparties au minimum sur deux jours distincts par semaine. La pratique journalière, quand elle est réalisable Jans des conditions acceptables, doit être recherchée aussi souvent que possible.

La compétence "S'opposer individuellement ou collectivement" est obligatoirement travaillée chaque année grâce à un module d'apprentissage sur les jeux collectifs, traditionnels ou non (on peut

compléter la programmation avec un module de jeux de lutte ou de jeux de raquettes). Les activités de natation (un module d'au moins 12 séances chaque année) seront programmées en priorité pour les élèves de ce cycle chaque fois que les équipements le permettront.

Les compétences générales et les connaissances peuvent être abordées au travers de toutes les activités physiques.

Connaissances, capacités et attitudes travaillées et attendues en fin de cycle 2

Le texte en caractère droit indique des connaissances ou des capacités retenues pour le palier 1 du socle commun de connaissances et de compétences : elles constituent le coeur du programme.

Le texte en italique indique des connaissances ou des capacités dont la maîtrise n'est pas retenue pour ce palier : elles constituent toutefois des objectifs du programme pour tous les élèves, et le plus souvent préparent le palier suivant du socle (ici, la fin du cycle 3).

CONNAISSANCES ET CAPACITÉS
1 - COMPÉTENCES SPÉCIFIQUES

Les compétences visées, activités et niveaux à atteindre sont en interaction permanente. À chaque cycle, ces compétences, de nature identique, se situent à des niveaux de maîtrise différents, et dans différentes activités. Le niveau d'acquisition attendu des compétences suivantes est précisé dans ce texte pour quelques activités .Être capable, dans différentes activités physiques, sportives et artistiques, de :

- réaliser une performance mesurée ;

- adapter ses déplacements à différents types d'environnements ;

- s'opposer individuellement et/ou collectivement ;

- concevoir et réaliser des actions à visée artistique, esthétique et/ou expressive.

2 - CONNAISSANCES ET COMPÉTENCES GÉNÉRALES

Avoir compris et retenu :

- que l'on peut acquérir des connaissances spécifiques dans l'activité physique et sportive (sensations, émotions, savoirs sur les techniques de réalisation d'actions spécifiques...) ;

- des savoirs précis sur les différentes activités physiques et sportives rencontrées.

Être capable, dans différentes situations, de :

- s'engager lucidement dans l'action ;

- construire un projet d'action ;

- mesurer et apprécier les effets de l'activité ; - appliquer des règles de vie collectives.

{mospagebreak title=CYCLE 3}

3.     CYCLE 3 -eps

OBJECTIFS

L'enseignement de l'éducation physique et sportive vise, au cycle 3 :

- le développement des capacités et des ressources nécessaires aux conduites motrices ;

- l'accès au patrimoine culturel que représentent les diverses activités physiques, sportives et artistiques. pratiques sociales de référence ;

- l'acquisition des compétences et connaissances utiles pour mieux connaître son corps, le respecter et le garder en forme.

En ce sens, elle apporte une contribution originale à la transformation de soi et au développement de la personne telle qu'elle s'exprime dans les activités liées au corps.

Depuis la petite enfance, et plus particulièrement par l'éducation physique et sportive, l'élève construit son répertoire moteur, constitué d'actions motrices fondamentales : locomotions (ou déplacements), équilibres (attitudes stabilisées), manipulations, projections et réceptions d'objets. Ces actions, à la base de tous les gestes, se retrouvent dans toutes les activités physiques, sportives et artistiques, sous des formes et des sens différents. Il s'agira dans ce cycle de les enrichir, les diversifier, les perfectionner, les combiner, les enchaîner. Bien évidemment, ces actions, simples ou complexes, ne sont pas construites pour elles-mêmes, mais au travers de la pratique des activités physiques, sportives et artistiques qui leur donnent tout leur sens : par exemple, sauter le plus haut ou le plus loin possible (activités athlétiques) n'a pas le même sens que sauter pour réaliser une figure ou retomber sur ses pieds (activités gymniques).

L'éducation physique et sportive, par les situations riches en sensations et émotions qu'elle fait vivre, est un support privilégié pour parler de sa pratique (nommer, exprimer, communiquer...) sans trop empiéter sur le temps de l'activité physique, et pour lire et écrire en classe des textes divers (fiches, récits, documents...).

De façon plus spécifique, elle participe à l'éducation à la santé et à la sécurité. Tout en répondant au "besoin de bouger" et au "plaisir d'agir", elle donne aux élèves le sens de l'effort et de la persévérance. Elle est également l'occasion d'acquérir des notions et de construire des compétences utiles dans la vie de tous les jours.

L'éducation physique et sportive contribue à la formation du citoyen, en éduquant à la responsabilité et à l'autonomie. Elle offre la possibilité de jouer en appliquant une règle, de mieux comprendre celle-ci, de la faire vivre, et d'accéder ainsi aux valeurs sociales et morales.

L'éducation physique aide également à concrétiser certaines connaissances et notions plus abstraites, elle en facilite la compréhension et l'acquisition, en relation avec les activités scientifiques, les mathématiques, l'histoire et la géographie...

La danse, activité physique et artistique, approchée dans toutes ses formes dans les séances d'éducation physique et sportive, fait le lien avec les activités artistiques (arts visuels, éducation musicale...).

L'exploitation par l'enseignant de ces divers aspects est développée dans le document d'application.

PROGRAMME

Le programme d'éducation physique et sportive permet de construire des compétences spécifiques et des compétences générales.

1 - Activités physiques, sportives et artistiques, et compétences spécifiques

Les diverses activités physiques, sportives et artistiques proposées au cycle 3 ne sont pas la simple transposition des pratiques sociales existantes. Elles doivent permettre aux élèves de vivre des "expériences corporelles" particulières, dont les intentions poursuivies, les sensations et les émotions éprouvées sont différentes selon les types de milieux et d'espaces dans lesquels elles sont pratiquées (incertitude ou non, interaction des autres ou non...). En s'engageant dans des activités physiques, sportives et artistiques variées, ayant du sens (affectif, social) pour eux, les élèves peuvent construire quatre types de compétences spécifiques, significatives de ces expériences corporelles, réalisant et enchaînant des actions de plus en plus complexes et variées qui enrichissent ainsi leur répertoire moteur.

Quelques exemples de compétences à atteindre en fin de cycle, par activité, sont présentés ici. Le document d'application en donne un développement plus détaillé.

1.1 Réaliser une performance mesurée

- de différentes façons (en forme, en force, en vitesse...), par exemple : sauter haut, courir vite... ; - dans des espaces et avec des matériels variés, par exemple : lancer loin un objet lourd, courir en franchissant des obstacles... ;

- dans différents types d'efforts (relation vitesse, distance, durée), par exemple : nager longtemps ;

- régulièrement et à une échéance donnée (battre son record).

Mise en œuvre :

- activités athlétiques ; - activités de natation.

Exemples de compétences de fin de cycle : - activités athlétiques :

courses de vitesse : prendre un départ rapide, maintenir sa vitesse pendant 8 à 9 secondes environ et franchir la ligne d'arrivée sans ralentir ; courses de durée : courir à allure régulière sans s'essouffler pendant 8 à 15 minutes (selon les capacités de chacun) ;

sauts en longueur : après une dizaine de pas d'élan rapide, sauter (en un ou plusieurs bonds) le plus loin possible ;

lancers : courir et lancer de façon adaptée une balle lestée ou un engin léger (javelot mousse, cerceau) le plus loin possible, sans sortir de la zone d'élan.

- activités de natation : nager longtemps (se déplacer sur une quinzaine de mètres sans support).

1.2 Adapter ses déplacements à différents environnements

- dans des formes d'actions inhabituelles mettant en cause l'équilibre (grimper, rouler, glisser, slalomer, chevaucher...) ;

- dans des milieux ou sur des engins instables de plus en plus diversifiés (terrain plat, vallonné, boisé, eau calme, eau vive, neige, bicyclette, VTT, roller, ski, kayak...) ;

- dans des environnements de plus en plus éloignés et chargés d'incertitude (bois, forêt, montagne, rivière, mer...) ;

- en fournissant des efforts de types variés (par exemple : marcher longtemps, rouler vite...).

Mise en œuvre :

- activités d'orientation ;

- activités d'escalade ;

- activités nautiques ;

- activités de roule et de glisse (bicyclette, roller, ski, patins à glace) ;

- équitation...

Exemples de compétences de fin de cycle :

- activités d'escalade : utiliser les comportements moteurs de l'escalade en réalisant la traversée d'un parcours horizontal de 5 m de largeur, sans être assuré, en utilisant différents types de prises, dont les prises inversées ;

- activités d'orientation : réaliser le plus rapidement possible un parcours de 5 balises en étoile à partir de la lecture d'une carte où figurent des indices.

1.3 S'affronter individuellement ou collectivement

- affronter un adversaire dans des jeux d'opposition duelle ;

- coopérer avec des partenaires pour s'opposer collectivement à un ou plusieurs adversaires dans un jeu collectif.

- jeux de lutte ;

- jeux de raquettes ;

- jeux collectifs (traditionnels ou sportifs).

Exemples de compétences de fin de cycle :

- jeux de raquettes : dans un tournoi à 2, choisir le geste de renvoi le mieux adapté, et maîtriser la direction du renvoi pour jouer dans les espaces libres afin de marquer le point ;

- jeux collectifs : comme attaquant (se démarquer dans un espace libre, recevoir une balle, progresser vers l'avant et la passer ou tirer, marquer en position favorable) ; comme défenseur (courir pour gêner le porteur de balle, ou courir pour récupérer la balle ou s'interposer entre les attaquants et le but).

1.4 Concevoir et réaliser des actions à visée artistique, esthétique ou expressive

- exprimer corporellement, seul ou en groupe, des images, des états, des sentiments... ;

- communiquer aux autres des sentiments ou des émotions ;

- réaliser des actions "acrobatiques" mettant en jeu l'équilibre (recherche d'exploits) ;

- s'exprimer librement ou en suivant différents types de rythmes, sur des supports variés.

Mise en œuvre : danse (dans toutes ses formes)

- gymnastique artistique ; - gymnastique rythmique ; - activités de cirque ;

- natation synchronisée...

Exemples de compétences de fin de cycle : danse

-construire dans une phrase dansée (directions, durées, rythmes précis) jusqu'à cinq mouvements combinés et liés, pour faire naître des intentions personnelles ou collectives, choisies ou imposées.

L'éducation physique et sportive est une des disciplines les plus favorables à la construction de ces compétences, qui caractérisent le volet méthodologique des contenus d'apprentissage, et qui peuvent également être acquises au travers d'autres disciplines. Ces compétences ne sont pas construites pour elles-mêmes. Il s'agit pour l'enseignant d'aider l'élève à acquérir des attitudes, des méthodes, des démarches favorables aux apprentissages, dans la pratique de l'activité mais aussi dans la vie sociale.

C'est par une pédagogie adaptée que les élèves apprennent à mieux se connaître, à mieux connaître les autres, à accepter puis dominer leurs émotions, à prendre des repères dans l'environnement pour réussir leurs actions, à comprendre et mettre en oeuvre des règles, des codes... Ainsi, les situations mises en place par l'enseignant doivent permettre à chaque élève de choisir son niveau de difficulté, de tenter de nombreux essais en toute sécurité, de pouvoir recommencer s'il a échoué, de réfléchir avec les autres sur la meilleure façon d'agir, de pouvoir aider un camarade ou de se faire aider par une parade ou un conseil...

C'est donc à travers les différentes activités physiques, sportives et artistiques, lors des séances d'éducation physique et sportive, que les élèves vont pouvoir montrer qu'ils sont capables de s'engager lucidement dans l'action (oser s'engager en toute sécurité, choisir des stratégies efficaces, contrôler ses émotions...), construire un projet d'action (le formuler, le mettre en oeuvre, s'engager contractuellement...), mesurer et apprécier les effets de l'activité (lecture d'indices complexes, mise en relation des notions d'espace et de temps, application de principes d'action, appréciation de ses actions...), appliquer et construire des principes de vie collective (se conduire dans le groupe en fonction de règles, de codes, écouter et respecter les autres, coopérer...).

En construisant les compétences, par la pratique des différentes activités, les élèves acquièrent des connaissances diverses : ce sont des sensations, des émotions, des "savoirs" sur le "comment réaliser" les actions spécifiques, ainsi que sur les façons de se conduire dans le groupe classe et, enfin, des informations sur les activités elles-mêmes.

Chacune des compétences générales peut être détaillée en compétences plus précises, qui sont présentées dans le document d'application, en intégrant les connaissances avec des exemples illustrant leur mise en oeuvre dans certaines activités.

3 - Programmation des activités

Une véritable éducation physique cohérente, complète et équilibrée nécessite une programmation précise des activités. Celle-ci est placée sous la responsabilité de l'équipe de cycle. Pour éviter l'accumulation de séances disparates, quelques principes doivent être respectés.

Dans chacune des années du cycle, les quatre compétences spécifiques (réaliser une performance mesurée, adapter ses déplacements à différents types d'environnements, s'affronter individuellement ou collectivement, concevoir et réaliser des actions à visée artistique, esthétique ou expressive) sont abordées.

Chaque compétence est traitée au travers d'une ou plusieurs activités. Ainsi, la compétence "Réaliser une performance mesurée" peut être travaillée à travers les activités athlétiques ou les activités de natation. Il serait souhaitable, pour que les apprentissages soient réels, que les modules d'apprentissage soient de 10 à 15 séances. Par souci de réalisme, le minimum est fixé à cinq ou six séances de chaque activité pour un module d'apprentissage.

Les trois heures hebdomadaires seront réparties au minimum sur deux jours distincts par semaine. La pratique journalière, quand elle est réalisable dans des conditions acceptables, doit être recherchée chaque fois que c'est possible.

La compétence "S'affronter individuellement ou collectivement" est obligatoirement travaillée chaque année grâce à un module d'apprentissage sur les jeux collectifs, traditionnels ou non (on peut compléter la programmation avec un module de jeux de lutte ou de jeux de raquettes).

Les compétences générales et les connaissances peuvent être abordées au travers de chaque activité.

Connaissances, capacités et attitudes travaillées et attendues en fin de cycle3


Dans le socle commun est intégrée la capacité à nager. Le brevet de natation (B2N) en précise les attentes à l'école primaire.

CAPACITÉS

1 - COMPÉTENCES SPÉCIFIQUES

Les compétences visées, activités et niveaux à atteindre sont en interaction permanente. À chaque cycle, ces compétences, de nature identique, se situent à des niveaux de maîtrise différents, et dans différentes activités. Le niveau d'acquisition attendu des compétences suivantes est précisé dans ce texte pour quelques activités. (Pour plus d'exemples, voir le document d'application).

Être capable dans différentes activités physiques, sportives et artistiques, de : - réaliser une performance mesurée ;

- adapter ses déplacements à différents types d'environnements ;

- s'affronter individuellement ou collectivement ;

- concevoir et réaliser des actions à visée artistique, esthétique ou expressive.

2 - CONNAISSANCES ET COMPÉTENCES GÉNÉRALES

Des exemples de mises en œuvre sont présentés dans le document d'application.

CONNAISSANCES

Avoir compris et retenu :

- que l'on peut acquérir des connaissances spécifiques dans l'activité physique et sportive (sensations, émotions, savoirs sur les techniques de réalisation d'actions spécifiques...) ;

- des savoirs précis sur les différentes activités physiques et sportives rencontrées.

CAPACITÉS

Etre capable dans des situations diverses de :

- s'engager lucidement dans l'action ;

- construire un projet d'action ;

- mesurer et apprécier les effets de l'activité ;

- appliquer et construire des principes de vie collective.

 

 

Mise à jour le Vendredi, 25 Janvier 2013 18:40
 
b488.jpg

Téléchargements

27.Jan.2013

original solarflare rhuk
modifi par MG